Bienvenue sur le forum de kuroshitsuji !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 The Theory of Everything - PV Eric

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sylas Merryn
Journaliste
Journaliste
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 10/05/2016

MessageSujet: The Theory of Everything - PV Eric   Mer 15 Juin - 22:00




The Theory of Everything




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

"Il est l'heure, Darling." Sa voix murmurait, tel un souffle qui ne voulait blesser. Le ton si bas, qu'il effleurait simplement les oreilles. Ne pouvant nullement troubler le repos de sa femme endormi. Sylas contempla encore une fois sa belle au bois dormant dans son lit. Elle semblait si imperturbable, et si paisiblement reposée qu'il n'osa point à nouveau parler. Troubler son sommeil aurait été inapproprié, voire déplacé. Elle qui était à présent devenue si fragile, si perturbée. Il se devait de respecter ses heures de sommeil.

De crainte qu'elle ne se réveille, il n'osa non plus l'embrasser avant de partir. Le temps ne semblait plus avoir aucun impact sur elle. Aucunes répercutions sur son être. Ou bien même son âme. Plus rien n'avait réellement d'importance. Elle s'était coupée du monde à sa manière, quand leur fille leur fût arrachée. Chacun à sa manière de réagir à une si tragique disparition. La sienne, après tout, n'avait pas été non plus la plus logique. Et quelque part, lui aussi s'était coupé au monde. S'était renfermé encore plus qu'auparavant. Il était devenu plus anxieux, plus paranoïaque. Malgré la nouvelle fougue qui l'animait : à savoir celle de retrouver sa fille bien aimée.

Sylas quitta la chambre de sa femme, sans un bruit, le pas feutré. Il croisa la femme de chambre, Eleanor. "Madame est toujours endormie?" demanda-t-elle d'une voix particulièrement calme. Sylas déglutit. Il la savait habituée à ce genre de patient, ou du moins ce genre de maître. Malade. Elle semblait insensible. Et lui, il ne s'y était jamais habitué. Jamais il ne le ferait. Après tout, Eleanor était là pour ça. Le décharger de cette responsabilité. " Je vais promener Mina." ne fut-il seulement capable de répondre.

Il passa devant elle, sans rien ajouter. La familiarité n'était pas son truc. Même s'il vivait avec cette personne au quotidien. Il était employeur, et elle l'employé. Cela restait là. Qu'elle s'occupe de l'état de sa femme ou pas. Il descendit à l'office pour prendre son manteau et son chapeau, venant ensuite appeler Mina, sa femelle épagneul, d'humeur particulièrement joyeuse en ce bon matin de juin. Il sortit avec elle, sans besoin de laisse, l'animal particulièrement bien dressé et restant toujours aux côtés de son maître.

L'enthousiasme dont faisait preuve sa chienne lui avait toujours fait du bien. Lui qui était devenu beaucoup plus froid ces derniers temps, retrouvait un peu de gaieté. Et l'excuse pour sortir de chez lui avait toujours été Mina. Maintenant qu'il travaillait uniquement chez lui, pour ensuite revendre ses articles à des journaux, il sortait de plus en plus rarement, si ce n'est pour mener l'enquête.

Enquêter. Cela lui était devenu de plus en plus difficile, depuis qu'il s'était mis en tête à retrouver le kidnappeur de sa fille bien aimé. Il n'existait pas un jour sans qu'il ne se creuse la tête à chercher où on avait bien pu l'emmener. Et qui. Mais c'était un mystère qui paraissait être impossible à résoudre. Les jours sans elle s'écoulait plus vite qu'il ne l'aurait voulu ...

Cet événement, dans sa si tranquille petite vie, avait tiré un coup de sommation : plus rien n'importait pour lui que de retrouver sa fille, à tout prix. Mais cette quête le fatiguait plus vite qu'il ne l'aurait cru. Mentalement et physiquement. Aurait-il seulement le temps et le courage, d'arriver à résoudre ce qui était l'affaire de sa vie.

C'est plongé dans ce genre de pensée qu'il se promenait dans les rues de Londres, ignorant tout encore de l'intrigue qui se déroulait, et dont il faisait parti. Il ignorait jusqu'à même que cette journée serait le tout début de son aventure...  

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]







Dernière édition par Sylas Merryn le Dim 26 Juin - 17:31, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brainstorming-rpg.tumblr.com/
Eric Slingby
♠ Codeur Alanophile ♠
♠ Codeur Alanophile ♠
avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 13/08/2012

MessageSujet: Re: The Theory of Everything - PV Eric   Mer 15 Juin - 23:20


Absolument pas désolé.





Une nouvelle journée commençait. Mal. Très mal. Il n’avait plus dormi depuis plus de 24 heures. Très mauvaise idée. Premièrement, parce qu’un Shinigami, Dieu de la Mort ou pas, avait besoin de sommeil et deuxièmement, un Eric en manque de sommeil était l’équivalent d’une bombe prête à exploser à n’importe quel moment. Ou encore un pitbull enragé humanisé. Sauf qu’à la place de mordre, il insulterait les gens. Heureusement. Et puis bon, on ne va pas mentir, son entourage était légèrement habitué à son comportement. Depuis le temps, il valait mieux. Et la plupart avait compris qu’il valait mieux s’écraser ou l’ignorer dans ces moments-là.

Bref. Il était encore debout, contre son gré, en train de regarder son reflet dans la glace, préférant observer ses cernes, encore invisibles quelques jours auparavant, que d’aller travailler à l’heure. Non, il n’avait pas fait la fête trop tard. Il n’avait même pas bu une goutte d’alcool, ce qui tenait du miracle. A la place, il s’était débrouillé pour descendre sur Terre, à la recherche d’une ou deux âmes perdues. Qu’il n’avait pas trouvé. Il avait erré tout au long de la nuit, pour rentrer bredouille. Ce qui ne faisait qu’amplifier son agacement. Mais il ne pouvait pas se permettre d’agir sur un coup de tête, comme il l’avait bien souvent fait.

Lâchant un léger grognement, il se dirigea rapidement vers la sortie de son appartement, attrapant son veston et sa Faux au passage. Un détour à la cafétéria était plus que nécessaire. Sinon il ne tiendrait pas la journée. Et puis si jamais, il voyait qu’on ne lui avait assigné aucune mission, il ferait une sieste. Voilà. Les rapports attendraient. Comme toujours. En fouillant un peu dans son bureau bordélique, il était sans doute possible de retrouver un rapport concernant une mort d’il y a deux siècles. Les mains dans les poches, son air le plus renfermé sur le visage, le blond traversa les couloirs d’un pas rapide, cherchant à éviter le plus de monde possible. Cherchant même à éviter Alan pour une fois. Il savait plus ou moins où il devait se trouver, et ce n’était pas du tout le moment pour lui parler. Dans cet état, il serait peut-être même capable de l’envoyer bouler. Alors autant éviter.

L’avantage de ne pas être à l’heure, était qu’il n’y avait personne à la cafétéria. Personne pour l’enquiquiner. Pas de file à faire. Du moins, c’était ce qu’il pensait. Alors qu’il détenait enfin le breuvage tant attendu, en se retournant il fit face à l’un des siens. Qui semblait aussi de très mauvaise humeur. Quoi. Il n’avait strictement rien fait pour une fois, promis juré. Alors qu’on le laisse tranquille. Il s’était même retenu d’insulter qui que ce soit sur le chemin. Si on commençait à lui chercher des noises alors qu’il ne faisait rien, la fin du Monde devait être proche.

Le blond commença à ouvrir la bouche, prêt à lui demander de manière peu agréable ce qu’il faisait ici, et pourquoi il lui bloquait le chemin alors qu’il y avait toute la place libre qu’il voulait autour d’eux, lorsque son nouvel interlocuteur le coupa, se transformant en moulin à parole hurlant. Houlà. On va se calmer tout de suite. Veuillez répéter votre message après le bip sonore, le cerveau d’Eric n’est plus en état de marche pour le moment. Plissant légèrement les yeux, et affichant une moue qui lui signifiait clairement de baisser d’un ton, le Shinigami arriva à capter quelques mots. Retard. Mission. Binôme. Aucun respect. Waw. Waaw. Bien, si les derniers neurones voulaient bien se mettre en marche et rattacher les mots entre eux, la situation se résumait à : Machin Brol en face devait faire une mission avec lui, et il était en retard. Ok. Mais franchement. Qui était assez stupide pour lui mettre une mission sur les bras à cette heure-ci ?

Soupirant, et lâchant un autre grognement en guise de réponse, Eric but une gorgée de son café. Il n’avait même pas la force de l’insulter pour le moment. Connaissant le phénomène, cela n’aurait rien arrangé les choses. Il aurait continué de parler, et ils auraient perdus encore plus de temps. Alors que là, il l’avait enfin fermée, et ils étaient en chemin vers leur mission. Tout était presque un peu trop parfait. Même les pigeons de Londres s’étaient donné le mot pour ne pas déféquer sur son veston aujourd’hui, si ce n’était pas joli. D’accord, ça lui était arrivé une seule fois, et pendant une semaine, le blond avait saisi l’occasion pour reporter la faute sur le piaf de son supérieur. On s’occupe comme on peut hein.

Enfin. Tout était calme. Jusqu’à ce que son collègue ne relève ce fait miraculeux. D’une phrase pleine d’ironie. Ce que le blond n’apprécia pas totalement. Et dans un élan de grande bonté – de fainéantise surtout- il décida de ne pas encore s’emporter, et se contenta d’hausser un sourcil. Malheureusement, son interlocuteur, continua sur sa lancée, disant qu’il était rare de le voir silencieux, du moins lorsqu’Alan n’était pas dans les parages.


«▬ Ca t’poses un problème ?  »


Parlant tout en grinçant des dents, le blond porta tout son attention sur son homologue, lui lançant un de ses plus mauvais regard, espérant qu’il allait maintenant se taire. Raté. Sur toute la ligne. Il continuait son bla-bla incessant. Qu’Eric ne prit pas la peine d’écouter, à la place, il soupira fortement, continuant de marcher, serrant les poings.


« ▬ Ta gueule, tu comprends ou c’pas encore assez concis pour toi ?  »


Son énervement commençait à bien se ressentir dans sa voix. Et son interlocuteur dû le comprendre, étant donné qu’il arrêta de parler. Pendant une demi-minute. Après, il commença à lui faire la morale. Comme quoi, il était censé être un minimum amical et sympathique, que les Shinigamis ne faisaient pas toujours leurs missions seuls, et qu’ils étaient obligés de savoir travailler en binôme. Waw. Il lui refaisait un cours de première année, là.


« ▬ T’sais, j’ai aussi eu mon diplôme, même avant toi sans doute donc ta gueule et qu’on en finisse vite.  »


C’eut été trop merveilleux qu’on lui obéisse. Son collègue, offusqué très certainement, ou voulant avoir le dernier mot le regarda quelques instants avant de lui dire qu’il avait dû avoir son diplôme dans une pochette surprise vu son comportement. AHAH. Okay, il en avait sa claque là, il valait mieux qu’il se débarrasse de lui avant que ça ne dégénère.


« ▬ Et bien, puisque tu es si intelligent que ça on va voir comment tu te débrouilles seul, la bise.  »


Sans prévenir, Eric tourna sec dans une autre ruelle, enfonçant légèrement sa tête dans ses épaules, alors qu’il entendait vaguement son homologue lui dire qu’il aurait des problèmes avec les supérieurs. Ahahaha. Comme s’il n’en avait pas déjà. Le nombre de convocations qu’il avait reçues et auxquelles il n’avait pas pris la peine de répondre, il pourrait retapisser entièrement les murs de son bureau avec. Il ne savait pas où il allait, il se laissait guider par ses propres jambes. De toute manière, il n’aurait aucun mal à rentrer. Mais là, il fallait qu’il se change les idées, qu’il prenne l’air. Il inspira profondément. Une fois, puis une deuxième, laissant l’air frais pénétrer dans ses poumons. Ce qui ne le calma pas le moins du monde. Le temps continuait de s’écouler. Il avait peut-être l’éternité devant lui, mais ce n’était pas le cas de tout le monde. Et il ne pouvait pas se permettre de gaspiller ce temps. Ces précieuses secondes. Chacune d’elle pouvait être décisive. Fatale, à la personne à laquelle il tenait le plus.

S’arrêtant au beau milieu du chemin, il essaya de faire le tri dans ses pensées, levant sa tête un instant vers le ciel, les yeux fermés, se pinçant l’arête du nez durant quelques instants. Il devait reprendre ses esprits. Ce n’était pas en paniquant qu’il allait arriver à quelque chose. Reprenant sa marche, il enfonça une de ses mains dans une de ses poches, ressortant une cigarette, qu’il s’empressa d’allumer. Ça, ça l’aiderait à se calmer. Et il se fichait totalement de soi-disant se détruire les poumons, il ne pouvait certainement pas mourir de ça.

Cependant, cela ne le calma pas tout de suite pour autant. Serrant toujours autant les poings, perdu dans ses pensées ô combien joyeuses, il finit par shooter dans un caillou d’une taille non négligeable, se faisant mal au pied durant quelques instants par la même occasion.


«  ▬ Fait. Chier.  »


Sa voix avait légèrement résonné entre les murs de la ruelle, et lorsqu’il releva la tête, faisant bouger par la même occasion quelques-unes de ses mèches rebelles, il remarqua quelqu’un non loin. Un humain. Dont il n’avait que faire. Se redressant légèrement, afin de pouvoir le toiser de toute sa hauteur, il se mit à le fixer de son regard bicolore.


«▬ Vous voulez mon portrait ?  »


Toujours aussi sympathique. En plus, il n’était même pas certain que cette humble personne, qui visiblement promenait son chien tranquillement par cette belle matinée de juin, était en train de le regarder. Mais on fera comme si. Pour éviter de l’irriter encore plus. Cet humain, qui semblait plus que banal aux yeux d’Eric, était malheureusement devenu son occupation du moment. Finalement, la seule et unique manière qu’il avait de se défouler, était d’interpeller les gens. Généralement pas pour leur faire des compliments. Mais bon, comme on dit, plus ils aboient, moins ils mordent. Bien que. Chaque âme pure était bonne à prendre. Le Shinigami ferma les secondes quelques instants, secouant sa tête, pour sortir cette idée de sa tête, avant de continuer de fixer son nouvel interlocuteur potentiel. Faire ça, alors que son collègue était non loin et le savait énervé, était la pire des choses à faire.






xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylas Merryn
Journaliste
Journaliste
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 10/05/2016

MessageSujet: Re: The Theory of Everything - PV Eric   Lun 20 Juin - 18:39




Theory of Everything




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Rien n'avait vraiment l'air de changer de son habitude. Tout était exactement pareil qu'à son ordinaire. La même agitation matinale, les mêmes gens qui le croisait. Le même chemin qu'il emprunté. Peut être une manière à lui de se rassurer dans cette routine qui était la sienne. Le moindre écart l'aurait surement stressé. Et ça allait d'ailleurs être le cas. Mina, qui soudainement avait l'air de s'exciter toute seule, parti loin devant lui, sans l'attendre. Sylas se stoppa dans sa marche, n'ayant jamais vu ce comportement chez sa chienne, qui l'avait toujours, mais réellement, suivi au pas. Sans jamais partir à l'aventure. Elle était plutôt craintive d'habitude, elle n'aimait pas beaucoup s'éloigner de lui. Tout ceci ne lui disait rien qui vaille. Il réajusta son chapeau, vérifia que personne ne portait son attention sur lui, avant de venir reprendre sa marche, ses pas plus rapide qu'auparavant. Le calme qui s'était brisé dans le comportement de Mina l'inquiétait, et pourtant bien vite il la rattrapa, au début d'une ruelle. Elle l'attendait, comme de crainte de s'y aventurer toute seule. Mais il sentait qu'elle ne lui aurait fallut pas plus d'un bond pour s'élancer une nouvelle fois en solo.

Curieux, malgré l'agitation nouvelle en lui, Sylas fit mine de bien vouloir la suivre. Après tout, elle était un chien de chasse. Peut-être que ses instincts se réveillait après de bonnes années de sommeil. Mina le conduisit, presque, silencieuse de nouveau, prêt d'un endroit précis. Et elle releva les yeux vers lui. Il la fixa, hagard, ne comprenant pas. Avant que du coin de l'oeil, il ne vit alors se dessiner le profil d'un homme.

Il redressa les yeux. Il ne l'avait même pas vu ou même fait attention à lui au premier abords. Il aurait juré n'avoir vu personne une fraction de seconde juste avant. Peut-être son cerveau qui lui jouait des tours, après tout. Il n'avait pas réellement fait attention. Il le fixa pourtant, le trouvant fort bien ... étrange. Il n'aurait su dire pourquoi. L'attitude, le vêtement ? Cet homme là avait l'air d'un américain, avec ce costume moderne, et cette coupe de cheveux. Et puis ... ces lunettes, il n'en avait jamais vu de pareil. Surement la dernière mode. Sylas ne suivait pas du tout ce genre de chose. Mais le plus étrange, ce fut quand l'individu redressa ses yeux vers lui. Ces iris aux couleurs étranges. Jamais il n'en avait croisé la couleur.

"Vous voulez mon portrait ?" le ton se voulait particulièrement casseur. Voire agressif. Rien chez lui n'inspirait réellement la sympathie en ce moment. Sylas comprit que, outre le fait que cet homme soit de très mauvaise humeur, il n'était pas homme à sourire très souvent. Ni à savoir contrôler sa colère. Le seul réflexe qu'eut Sylas fut de se grandir aussi, mais d'une toute autre manière. Il se redressa, avec une certaine fierté, mais sans exprimer la moindre gêne sur son visage, ni même de l'agacement. Au contraire de sa chienne, qui commença à grogner en sentant surement la tension de l'homme inconnu. Qui ce dernier sembla réfléchir un instant, et se résigner. Décidément cet homme n'était réellement pas doué pour cacher ses émotions. Mina redoubla ses grognements. Et Sylas la réprimanda sans ménagement et lui demandant de se taire. Ce qu'elle fit aussitôt et s'assit. Obéissante.

"Pardonnez la, elle est plutôt protectrice quand quelqu'un semble me vouloir des crosses." Sylas faisait tout pour rester calme. Après tout, ce n'est pas parce que cette personne était en colère qu'il devait se sentir visé. Il ne le connaissait pas, il ne pouvait lui en vouloir réellement. Quelque part, il compatissait. " Vous semblez avoir passé une bien mauvaise nuit. " Il ne voulait pas non plus se montre sympathique, quelque part. Mais il savait qu'offrir une confrontation à quelqu'un n'était pas l'aider. " Vous devriez rentrer chez vous, mon brave. Vous poser un peu."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]







Dernière édition par Sylas Merryn le Dim 26 Juin - 17:31, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brainstorming-rpg.tumblr.com/
Eric Slingby
♠ Codeur Alanophile ♠
♠ Codeur Alanophile ♠
avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 13/08/2012

MessageSujet: Re: The Theory of Everything - PV Eric   Lun 20 Juin - 20:11


Une muselière, c'toujours utile.





Il ne comptait pas le moins du monde détourner le regard. Jamais il ne l’avait fait, et il n’était certainement pas prêt à exécuter ce geste. Devant qui que ce soit. Le blond détenait une fierté beaucoup trop importante comparé à sa taille, qui pourtant n’était pas des moindres. Mais il ne faisait aucun doute que sans elle, sans son égo, il n’aurait jamais avancé dans la vie. Ou dans l’après-vie si on veut être plus précis. Il n’allait certainement pas commencer devant un humain, qui plus est. Bon. D’accord, en théorie ils étaient sans doute censés éviter le plus possible tout contact avec les êtres humains qui ne figuraient pas sur la Liste, mais tant pis. Le blond n’était plus à une entorse près.  Après tout ce qu’il avait fait, même devenir le petit toutou de ses supérieurs jusqu’à la fin de ses jours – l’Eternité quoi.- ne suffirait pas à se faire pardonner.

En parlant de chien d’ailleurs. Celui de son interlocuteur ne semblait pas l’apprécier. Du moins, il avait commencé à grogner en le regardant. Bien. Très bien. Peut-être avait-il décelé sa mauvaise humeur. Ou tout simplement, son odeur ne lui plaisait pas. Après tout, depuis qu’il était devenu un Dieu de la Mort, aucun animal ne semblait l’apprécier. Et il n’avait jamais vu un de ses collègues en la présence de l’un d’eux. A part les pigeons. Sans doute que les autres tiquaient à cause de leur odeur, qui n’avait strictement rien de bienveillant. Mais il n’allait pas s’en plaindre. S’il voulait continuer de râler, il pourrait très bien accuser les grognements de l’animal.

Oh. Ooh. L’homme en face de lui, suite à sa prise de parole s’était légèrement redressé. Intéressant. Il ne semblait pas vouloir clairement le défier, mais le Shinigami n’était plus trop habitué à ce que quiconque reste devant lui lorsqu’il s’exprimait de cette manière. Ou presque. Il prit même la peine de lui répondre. Cet homme qu’il semblait avoir coupé dans sa routine matinale. Ou lors de sa balade matinale. Le plus âgé ne pouvait deviner ses habitudes après tout. Et cela ne l’intéresserait aucunement de le savoir. La seule raison pour laquelle il daignait lui parler, était qu’il pouvait porter son attention sur lui. Et pas sur autre chose.

Protectrice, hm ? Finalement, il pourrait être plus proche que ce qu’il ne pensait à la base de cet animal. Sauf que lui aurait aboyé à plusieurs reprises. Et n’aurait pas arrêté après une réprimande. Loin de là. Généralement, plus il remarquait que cela ennuyait le parti adverse, plus il continuait. Insupportable. Et il ne s’en portait pas plus mal. Au moins il obtenait la plupart du temps ce qu’il voulait. Et il n’allait pas cracher dessus.

Pardon. Qu’ouït-il ? Une mauvaise nuit ? Une. Mauvaise. Nuit. C’était un euphémisme. Quelle nuit d’ailleurs ? La seule chose qu’il avait vécue, c’était l’obscurité, des rencontres inutiles et une énorme perte de temps. Puis une mini agression de l’un de ses collègues. Enfin. Jusque-là, tout allait moyennement bien. Puis il entendu la fin de la phrase de son interlocuteur. Il hésita une demi-seconde entre faire mine de s’étouffer avec sa salive, ou la fumée de sa cigarette, peu importe, et rire nerveusement. Finalement, il opta pour hausser un sourcil et un sourire clairement narquois. Toujours avoir une troisième option.


« ▬ Rentrer chez moi ? J’aimerais bien. Mais dès que je vais poser mes fesses, où qu’ce soit, ils viendront m’faire chier avec leurs rapports à la con, ou un avertissement pour mon comportement. Ils peuvent se les mettre où j’pense. »


Zuteuh alors. Il avait peut-être malencontreusement un peu trop parlé. Quel dommage. Vraiment. Mais rien dans le sacrosaint Règlement n’indiquait qu’il était interdit de parler de leur travail, ou de leur Nature à un quelconque être humain. Et ce n’était certainement pas Spears qui pourrait lui faire la morale là-dessus. Et si cela pouvait apporter de quelconques ennuis à la Dispatch, ce serait vraiiiiment dommaaaage. Mais il n’est qu’un pauuuvre petit employé qui n’a pas les compétences d’agir à ce niveau-là voyez-vous. Soit. Ce brin de conversation lui avait déjà ouvert les yeux sur quelque chose. Les personnes à blâmer n’étaient pas devant lui. Cet humain, insignifiant s’était juste trouvé sur son chemin. Par hasard. Une coïncidence.


« ▬ Et bien, il faut espérer que vous ayez passé une charmante nuit.  »


C’est fou. Ce ton doucereux était parfaitement insupportable, alors qu’il n’avait même pas spécialement voulu être désagréable. Il faut croire que le blond ne sait être sympathique qu’en présence de certaines personnes bien particulières. Dommage pour l’homme en face de lui. Quoiqu’il en soit, il baissa le regard vers l’animal, tranquillement assit, sans aucune laisse, obéissant visiblement au doigt et à l’œil à son maître. Même ce chien était nettement plus respectable qu’un Démon. Mais ce n’était pas une nouveauté.


« ▬ Elle agit souvent comme ça face aux inconnus ?   »


Oui, son interlocuteur avait spécifié que si elle avait grogné, c’était plutôt face à la menace qu’il représentait, mais sait-on jamais. Peut-être qu’elle s’emportait assez vite elle aussi. Et peut-être que ce n’était pas seulement dû à sa fibre animale inexistante.





xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylas Merryn
Journaliste
Journaliste
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 10/05/2016

MessageSujet: Re: The Theory of Everything - PV Eric   Lun 4 Juil - 15:32




The Theory of Everything




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

"  Rentrer chez moi ? J’aimerais bien. Mais dès que je vais poser mes fesses, où qu’ce soit, ils viendront m’faire chier avec leurs rapports à la con, ou un avertissement pour mon comportement. Ils peuvent se les mettre où j’pense." Son langage était particulièrement .. mm… grossier? Mais paraissait encore une fois totalement transparaître son état d’esprit. Et rien qu’avec cette réplique de sa part, en effet, il en apprit beaucoup. Cet homme était donc dans l’exercice de sa fonction. De si bon matin, ce n’était pas étonnant. Le fait que Sylas lui n’était pas entrain de travailler était plus surprenant en revanche. Quoi que. Il avait sans doute plus la tête à être à la retraite. Il aurait d’ailleurs bien voulu.

Cet homme avait sans doute trop travaillé. Sylas comprit alors enfin pourquoi il était de si mauvais poil. Cela tombait sous le sens. L’époque voulait malheureusement cela. L’esclavagisme caché. Dans les usines, dans les bureaux. Parmi les enfants, ou les adultes. Tous pouvaient être touché. Sylas ne le savait que trop, il avait enquêté ce milieu et fait de nombreux articles. Qui malheureusement n’avait trouvé journaux pour se faire publier. La presse aussi, était de toute manière corrompu. À son grand désespoir.

"  Et bien, il faut espérer que vous ayez passé une charmante nuit" Bien que compatissant à son état d’esprit, Sylas fut cette fois blasé. Il était certainement très loin d’avoir passé une nuit charmante. Les crises de sa femme avaient recommencées. Et il avait fait la politique de l’autruche … à laisser la femme de chambre s’en occuper. Il n’était pas courageux, il le savait.  " Elle agit souvent comme ça face aux inconnus ? " Quoi Mina ? Son regard se tourna à nouveau vers sa chienne, qui s'était posée à ses pieds, continuant pourtant à regarder l'inconnu face à eux, au cas où. Sylas dû se poser lui-même la question avant de répondre.

A vrai dire, non il est vrai, elle n’agissait jamais de la sorte. C’était une chienne très sociable et calme. Et curieuse. Mais certainement pas agressive. Surtout envers les inconnus. La seule et unique fois où elle l’avait fait, c’était lorsque ...

Sylas eut un mouvement de recul, incertain, comme un réflexe qu’il avait oublié d’avoir un certain jour. Tout son corps venait de ressentir un frisson horrible. Un frisson qui lui rappela bientôt celui qu’il eut, lorsque sa propre fille se fit enlever devant ses propres yeux. Oui. Mina avait eut le même comportement ce jour. Serait-ce parce que cet homme avait quelque chose à voir avec cet enlèvement ? Après tout, flair d’un chien ne pouvait tromper.

Devenant d’un coup beaucoup plus sombre, et méfiant par la même occasion, Sylas se mit à dévisager le blondinet. Qu'il soit de prêt ou de loin mêlé à cette affaire ne lui plaisait en rien. Et il ne pouvait ignorer le comportement étrange de son animal, ignorant en fait qu'elle agissait simplement ainsi parce qu'Eric était un shinigami, et donc une symbolisation de la mort pour elle. Qu'elle voulait à tout prix l'éviter d'approcher son maître. C'est qu'elle y tenait, après tout.

" Ecoutez " commença alors Sylas, " Je ne sais pas qui vous êtes, et après tout je ne suis peut-être pas censé le savoir." il posa la voix avant de reprendre " C'est la deuxième fois qu'elle a ce comportement, et la première fois il s'est passé une chose terrible" Autant dire qu'il exposait clairement ses craintes, et montrait qu'il était sur la défensive. Du moins, si il devrait, il était prêt pour.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brainstorming-rpg.tumblr.com/
Eric Slingby
♠ Codeur Alanophile ♠
♠ Codeur Alanophile ♠
avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 13/08/2012

MessageSujet: Re: The Theory of Everything - PV Eric   Lun 4 Juil - 22:11


Le mauvais oeil?





Bien. Il ne semblait pas des plus loquace. Tant mieux dans un sens. Le blond avait un peu trop tendance à accaparer la parole. Et si on ne le laissait pas faire, il était totalement capable de faire un caprice. Un vrai gamin de trois ans. Avec les muscles en plus malheureusement pour son entourage. Cependant, il était parfaitement capable, dans ses bons jours, de se contenter d’un mutisme. Qui ne présageait strictement rien de bon. Mais c’était toujours mieux que de s’en prendre plein la figure. Il avait parfaitement conscience qu’il s’énervait beaucoup trop vite. Qu’il ferait mieux d’apprendre à gérer son sang-froid. Sauf que l’ouvrir grand, et user de sa force c’était le seul moyen pour lui d’avoir de l’autorité. De son point de vue en tout cas. Parce qu’il n’était pas étonnant que certaines personnes ne décident de se taire, ou de partir en sa présence, ou encore en croisant son regard.

Mais son interlocuteur ne semblait pas le moins du monde impressionné. En tout cas pour le moment. Ou alors il le cachait plutôt bien. Après tout, le blond était le premier à se dire qu’il ne fallait jamais montrer sa peur, ou quelconque faiblesse devant les autres. Il était inutile de leur donner un couteau et d’attendre bien sagement de se faire poignarder, avec le sourire qui plus est. Il ne prétendait pas non plus n’avoir peur de rien, même s’il en donnait pas mal l’impression, Eric n’était pas vraiment du genre à se surestimer. Au contraire, il savait plutôt bien où se trouvaient ses limites – se plaisait parfois à les franchir- et ne comptait pas laisser qui que ce soit d’autre les apercevoir. Il pouvait parfaitement gérer seul. La solitude ne le dérangeait pas plus que ça.

Au contraire. Et c’était bel et bien ça qui posait assez problème au sein de la Dispatch au final. La majorité des Shinigamis arrivait à travailler en collaboration. Ce qui était bel et bien un avantage justement par rapport à leurs ennemis jurés. Mais ça, le blond s’en fichait éperdument. Il était insupportable et ne pouvait généralement pas collaborer avec une quelconque personne plus de deux minutes. Après, cela relevait du miracle. Ou alors il s’agissait d’Alan. Son presque parfait opposé. Qui semblait ne pas faire vraiment fi de ses caprices. Et avec qui il arrivait à parler calmement.

Soit. L’homme qui lui faisait face le tira de ses pensées. Non pas par une prise de parole, mais par un mouvement plus ou moins inattendu. Un mouvement de recul. Le Shinigami fronça légèrement les sourcils, intrigué, avant de regarder par-dessus sa propre épaule. Sait-on jamais que son homologue aurait décidé de ramener sa pomme après la bonne conclusion de leur mission. Avec sa Faux en main, histoire de bien intriguer les Humains autour de lui. Mais non. Il n’y avait strictement rien. Alors à moins que son interlocuteur ne soit effrayé, ou ne réagisse subitement face à une pile de pavé à terre, dix minutes après s’être arrêté, la seule cause devait être le blond. Et qu’on ne vienne pas lui dire qu’il reporte automatiquement tout à lui. Il a fait un effort pour une fois, et s’est assuré que cela ne venait pas de quelqu’un d’autre.

En tout cas, son comportement avait bel et bien changé. Ils étaient passés d’une conversation presque normale, dans une ambiance calme, à une ambiance plus tendue. Et pas par la colère. Non. Là, on aurait dit que le blond avait menacé celui qui lui faisait face. Et qu’il était prêt à se défendre. Intéressant. Mais même si Eric laissait souvent libre court à son expression faciale et ses mots pour exprimer ses sentiments, il savait comment agir pour ne pas les démontrer. Ou en tout cas, pour toujours essayer d’avoir le dessus. Suite aux paroles de l’Humain, il croisa les bras, et laissa reposer une de ses épaules contre le mur non loin de lui, un sourire narquois au coin des lèvres. Intrigué, mais amusé en même temps. D’accord. Il savait sans doute pourquoi le chien avait réagi de la sorte, mais il n’allait certainement pas le dire fièrement à son interlocuteur.


« ▬ Vraiment ? Vous avez attrapé la grippe ? »


Bien qu’il arrivait mal à se rendre compte de ce qui était grave ou non du point de vue des humains, et arrivait encore moins à compatir, il savait déjà qu’il ne s’agissait pas de ça. Mais une pique n’a jamais tué personne. Et il n’arriverait pas à feindre de s’inquiéter. Réfléchissant un instant, redevenant sérieux, il se fit la réflexion que de toute manière, le problème visiblement pour l’instant était lui. Et il n’avait pas vraiment la tête à être la grippe personnifiée. Claquant des doigts, laissant son index relevé, il fit mine d’avoir subitement une idée on ne peut plus ingénieuse.


« ▬ Elle a croisé un fumeur, qui a malencontreusement approché sa cigarette des cheveux d’une passante, ils ont pris feu, et elle est morte. »


Magnifique. Ca se tenait parfaitement. Mais une nouvelle fois, il ne pensait pas avoir totalement juste. L’espoir fait vivre comme on dit. Fronçant une nouvelle fois légèrement ses sourcils bruns, il décroisa ses bras, pour placer une de ses mains sur sa taille, se posant encore plus nonchalamment contre le mur.


« ▬ Je devrais le noter, ça peut toujours être utile. »


Penser à voix haute l’aidait généralement à mieux retenir les choses. Et dans ce cas-ci, c’était on ne peut plus important. Le jour où il se déciderait de remplir un rapport, il pourrait toujours rédiger cette histoire. Abracadabrante, mais pas impossible. De toute manière, personne ne lirait ce rapport. Ils se contenteraient de le classer bien gentiment.





xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylas Merryn
Journaliste
Journaliste
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 10/05/2016

MessageSujet: Re: The Theory of Everything - PV Eric   Mar 12 Juil - 11:53




The Theory Of Everything




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Son interlocuteur sembla ne pas réagir de la manière dont Sylas se l’était imaginé. Il sembla se demander pourquoi un soudain virement d’attitude de sa part. Ce qui, quelque part, semblait normal. Après tout, il n'y était sans doute pour rien du tout dans cette histoire d'enlèvement. Tout ceci n'était qu'un pur hasard, et la réaction de sa chienne était tout à fait fortuite.

" Vraiment ? Vous avez attrapé la grippe ?" Sylas n'eut qu'une réaction : secouer la tête, une nouvelle fois blasé. L'ironie pouvait clairement s'entendre, et ce à des kilomètres. C'était vraiment affligeant d'entendre un homme à ce point amer. Il devait vraiment avoir vécu ces dernières heures des choses pas très marrantes. Que voulez vous ... la vie n'est pas un long fleuve tranquille. Finalement, très banal comme situation.

Mais quelque chose en Sylas était certain que cet homme était trop étrange pour qu'il soit un parfait homme banal. Non, cet énergumène était tout sauf quelconque. S'il avait été des plus conventionnel, il ne se serait pas arrêté sur lui. Et ne parlerait pas de choses étranges. Cette impression se renforça lorsque ce dernier eu des réflexions vraiment trop anormales. Du point de vu de Eric, tout ceci était normal, et il parlait d'un point de vu totalement propre à lui : celui d'un shinigami.

"Elle a croisé un fumeur, qui a malencontreusement approché sa cigarette des cheveux d’une passante, ils ont pris feu, et elle est morte. Je devrais le noter, ça peut toujours être utile." Noter ? Noter pourquoi faire ? Et qui était ce 'elle' ? On y comprenait plus rien. Enfin, de son côté, Sylas lui, pauvre humain qu'il était, ne compris rien de ce charabia balancé sauvagement. Il lui sembla même un instant qu'en vérité ce blond était entrain de délirer tout seul, de parler pour lui-même, ce qui quelque part n'était pas totalement faux. Il devait être touché par une grande fatigue pour ainsi s'exprimer sur des choses inintelligible. Du moins c'est ce que pensa Sylas.

Mais à s'amuser à établir des théorie sur ce que pouvait ressentir cet homme et qui il était, c'était aussi se perdre et s'éloigner de la vérité. De toute manière, ignorant tout du monde des créatures, il aurait été impossible pour lui de deviner. Il resta un bout de temps un sourcil relevé, à fixer le shinigami, à ce demander si c'était à cause de son surmenage, ou d'une folie, qu'il était ainsi. Mais il n'était pas non plus en position de juger. Etant donnée sa paranoïa à voir le mal partout. Et surtout envers lui. Cette situation tournait vraiment étrange, et Sylas sentit venir le mal de tête.

" En parlant de cigarette ..." souffla –t-il finalement " ça vous embêterez de m'en passer une ? Je vous offre à boire en échange." Après tout, ça ne ferait pas de mal à cet homme de se poser un peu, si effectivement le surmenage le gagnait et que ses nerfs étaient à vif. Allons-y. La B.A. de la journée. C'était peut-être soudain de lui demander cela de cette manière, après avoir montré de l'animosité envers lui, et peut être même de la crainte. Mais après tout, il avait de moins en moins l'impression  que cet homme était mauvais pour lui. Même Mina s'était calmé et semblait plus supporter la situation.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brainstorming-rpg.tumblr.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Theory of Everything - PV Eric   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Theory of Everything - PV Eric
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soutien à Eric Zemmour !
» ERIC DESPERROIS " NORMANDIE"
» Le site d'Eric Hazan
» le 13 juin 1988 Eric Tabarly disparaît en mer
» Décès du membre 'Eric 28'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~† kuroshitsuji †~ :: RPs :: Londres et ses alentours :: Rues-
Sauter vers: