~† kuroshitsuji †~
Hey toi ? T'es nouveau par ici ? tu ne sais pas que ces rues sont dangereuses ? Tu ferais mieux de retourner d'où tu viens, si tu n'es pas assez préparer pour affronter cette dure réalité.Le monde n'est plus celui que tu connais, ici ne crois pas être le plus puissant, où tu tomberas sur de gros ennuis. Gravelir les échelons, et arriver à s'en sortir, c'est sûr que c'est ce que tout le monde recherche, mais est-ce bien une raison pour écraser les autres autours de toi ?
RèglementGroupesFiches PersosDemandes de rpsRps spéciauxJeux & Discussions
A savoir
27/09/2017 - Mise à jour du design
# Seconde information rapide...
Contexte
Londres, 19e siècle. Les humains sont décidément bien querelleurs... pourrait-on se dire. Ils ne cessent de chercher le pouvoir pour s'entre tuer et sont même parfois prêt à vendre leur âme pour arriver à leurs buts... Les créatures de l'ombre et de la lumière ont toutes un point de vue sur la question : les humains sont sacrément incompréhensibles. Mais il y a une chose qu'ils comprennent bien : détourner le Monde à leur image, idyllique ou.. cauchemardesque. Ils croient pouvoir s'ignorer, faire route seuls, ou pactiser avec quelqu'un qui restera à leur côtés jusqu'à la concrétisation de leur but, ou mort, mais tous, un moment ou un autre, finissent par se croiser sur la route. C'est irrémédiable. Serez-vous un Noble, un simple humain, honnête ou malin, malveillant ? un fier Démon aux sombres idées, capable de se sortir de n'importe quelle situation et vivant parmi les humains ? un Ange anonyme rêvant de Monde Parfait et de Recommencement ? un Shinigami sérieux, dérangé, qui doit se fondre dans la masse ou alors un Autre clandestin, au psychologique animal ou humain..? Chaque créature doit faire des choix pour atteindre ses buts, car d'autres pourraient saisir la chance à leur place... Chacun ses intérêts... et un conseil : ne croyez pas pouvoir ignorer les autres créatures sur votre chemin...
Evénements
Hey toi ? Tu ne sais pas la nouvelle en ville ? Des expériences scientifiques ont été faites, et certains morts peuvent revenir à la vie! Glauque ! Mais non c'est pas vrai, c'est qu'une rumeur ... t'imagines des maccabés vivre parmi nous ? n'importe quoi ... pas vrai ? C'est une blague ?
CHECKMATE
are you the king or a knight ?

Partagez | 
 

 Awakening. [Undertaker]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Contenu de ton sac: : Une épée effilée.
Messages : 15
Date d'inscription : 23/08/2017
Localisation : St Paul's Cathedral
avatar
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

ft. Undertaker

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

ft. Asche Omen

「 Awakening 」
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Il fait froid.

Cela est ta première pensée ; primitive. Un signal venant de ton cerveau déboussolé, qui t’informe d’un facteur extérieur susceptible d’affecter l’état de ton corps. Le froid. Mais encore ? L’obscurité t’enveloppe. Durant de longs instants, tu restes immobile, comme saisi par cette noirceur environnante. Puis un autre signal primitif te vient ; les muscles de tes paupières restées closes s’activent. Ce simple mouvement te délivre du noir. Devant toi, une surface grise et irrégulière. Un pavé. Où es-tu ? Tu gis par terre, la joue collée à ce sol si froid. De longs fils blancs collent à ton visage. Qu’est-ce ? Il te faut un autre instant, plus court, pour comprendre qu’il s’agit de ta chevelure. Tu es donc un être sensible thermiquement, capable de voir et pourvu de pilosité. Bien. Et maintenant ?

Après la stupeur des premiers instants, vient la douleur. Sourde, celle-ci se répercute dans tout ton corps et te fait serrer les dents. Ton système sensitif est donc bien fonctionnel. Tu es pourvu d’une mâchoire. Ces deux informations viennent se loger au fond de ton esprit, avec les autres. Il te faut du temps pour t’analyser. Tu viens seulement de t’éveiller, après tout.

Au fil des minutes, l’usage de tes muscles se révèle à toi. Au bout d’un long quart d’heure, te voilà prêt à te redresser sur ton séant. Une odeur métallique te parvient alors ; portant une main devant tes yeux, à titre d’analyse, tu constates que la peau blanche est maculée d’une substance qui détone avec l’épiderme. Celle-ci, rouge, est séchée par endroit. Ta langue tâte un instant ce liquide familier, avant que ton esprit ne réussisse à mettre un mot sur son origine. Sang. Au vue des blessures qui jonchent ton abdomen, tu déduis qu’il s’agit du tiens.

Te voilà plus avancé. Tu es un être sensible et capable d’analyse, indéniablement anthropomorphe au vue des nombreuses constatations que tu as effectué, et blessé. Ce dernier point, pour une raison qui te semble vague, ne t’alarme pas plus que cela. Tu es blessé, mais tu guériras vite. Ton corps est robuste, tu en as conscience sans réellement savoir pourquoi. Vient alors la question fondamentale. Qui es-tu ?

Asche Omen.

Ce nom s’impose à toi comme une évidence. Tu en déduis qu’il s’agit du tiens. A s c h e. Ton prénom. Le sens de ce mot est cendre. Comment sais-tu cela ? Tu n’en as aucune idée. O m e n. Cela est ton nom. Dans une langue différente que ton prénom, il signifie présage. Cependant, dans une langue encore différente et si tu le retournes, il signifie personne. Tu es donc soit un présage de destruction, soit un être insignifiant.

« Je ramènerai la couronne de cendres. »

Cette promesse fait écho dans ton esprit. La voix la prononçant est sans timbre. Indéfinissable. Tu en déduis qu’il s’agit de la tienne. Quelle est cette couronne de cendres ? Ces mots te heurtent avec une puissance telle que tu en as le souffle coupé. Ils t’ébranlent jusqu’au plus profond de ton être. Ces mots révélés semblent avoir brisé une barrière en toi. Un sentiment s’en échappe. Un amour immense qui te fait trembler, et lever tes yeux au ciel. Dans le même instant, ton dos se déchire en un craquement immonde. Deux appendices en sortent, les ailes immenses venant souiller l’aube. Les plumes sont de la couleur de la cendre. Elles sont poisseuses, et collées par ce sang qui te macule. Ton corps est presque nu. Chaque entaille, chaque lacération visible à l’œil du Divin. Mais cet état de fait ne semble pas te troubler. Seule la morsure du froid parvient à te faire resserrer cette cape autour de ta forme. Tes yeux fixent le ciel. Un sourire étire tes lèvres gercées. L’être aimé te regarde, tu le sais.

« Ô, mon Père ! »

Tes mains sont jointes en un signe de prière alors que ton regard adorateur reste figé, observant les nuages que le crépuscule empourpre.

« Je vous ramènerai la couronne de cendres. »

Un enfant hurle. Tu tournes ton visage déformé par cette adoration immonde vers lui. Ne voit-il pas ta vertu céleste ? Un véritable ange n’a pas des ailes aussi cendrées que les tiennes. Son regard n’est pas effrayant comme le tiens. Mais cela, tu ne le sais pas. Tu te sais seulement proche du Divin comme aucun autre être sur terre, et tu te sais son serviteur. Le reste –tes ailes, tes blessures, n’a pas d’importance. Peut-être t’a-t-on arrêté dans ta quête de ce joyau inestimable. Cela expliquerait les entailles. Oui, tu es un vassal divin ; et désormais, ressuscité par la main de Dieu, te voilà prêt à emplir ta mission. Tu es perdu. Alors tu t’accroches corps et âme à cette conviction.

L’enfant a fui depuis longtemps. Tu viens de te redresser. Tes sens plus aiguisés que ceux des humains t’alertent d’une autre présence. Derrière toi. Alors que tu te retournes, un sourire étrangement doux étire tes traits de femme. C’est bien cela ; tu es de sexe féminin. Pourtant, tu sais que tu es également un homme, sans réellement pouvoir l’expliquer. Tant de choses te sont inconnues.

« N’ayez crainte, car Dieu a entendu vos prières et m’a envoyé sur vos terres. »

Tu souris, serrant cette cape dont tu ignores l’origine autour de toi. Tes mains sont maculées de sang et tes cheveux blancs drapent ta silhouette d’un bien étrange halo. Derrière toi, tes ailes immenses et déchirées forment autour de ta personne comme une couronne de cendres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu de ton sac: : Des miettes de cookies...
Messages : 17
Date d'inscription : 21/08/2017
Localisation : Dans ma boutique de croquemort~
avatar


 















Awakening




L'Eveil. Cette nouvelle naissance, qui chaque jour, nous arrache du néant. Du creux sombre dans lequel nous nous sommes plongé, sans même nous en rendre compte. Toutes ces fois, il nous renvoie à la dureté de cette vie. A cette réalité, cette injustice, qui nous interdit le repos auquel nous aspirons tous. Votre heure n'est pourtant pas encore venue. Et combien même elle saurait venir, il se pourrait bien qu'un étrange personnage, ne vous tire à nouveau de ce sommeil éternel. Vous devinez bien de qui je veux parler ?

Voilà plusieurs jours de passé à présent, qu'un petit incident ne survint dans ses activités. Un événement, dont il se serait bien passé. Mineur certes. Mais ce grain de poussière, le marchand de sable de l'éveil s'en serait bien passé. Ce n'est pas dans ses habitudes, de partir à la recherche d'une de ses créations. Il la laisse la plupart du travail à des sbires, faisant simplement le plus gros de l'affaire. Mais ces humains ... des incapables. Sa Bizarre Doll est sa priorité. Il punira les fautifs plus tard ...

Londres est un terrain de jeu particulièrement grand. Et même pour un ex dieu de la mort, il est très difficile de retrouver une chose qu'on a perdu sans indications précises. Même avoir une vue sur la capitale d'un toit ne vous aide pas à y voir plus clair. Les journaux n'en ont pas parlé. Scotland Yard n'en a pas parlé. Personne ne semble avoir des informations ... où a donc décidé de se cacher ce petit inspecteur de police?

Son regard se perd dans le lointain d'un feu de cheminé, quand il entend un cri d'enfant. Est-ce là un signe de proximité avec ce qu'il recherche ? Londres est d'ordinaire très remué, mais le bonhomme décide de descendre de ce toit et de rechercher la source de l'agitation.

Et il l'a trouvé. Il s'approche doucement de la forme, ses yeux cachés par ses mèches de cheveux. La chose a déjà repéré sa présence. Comme il le pensait.

N’ayez crainte, car Dieu a entendu vos prières et m’a envoyé sur vos terres.

La nature de cet être ne lui ai pas étranger. Qui pourrait se tromper, en voyant cette paire d'ailes. L'angelot s'est redressé, mais il remarque pourtant sa fragilité. Le sang. Ce qu'il s'est passé ? Il n'en sait rien. Mais devine aisément. Undertaker sait lire dans les plaies. Seuls ses nombreux clients durant plus d'un demi-siècle le savent...

Dieu ? Et bien et bien ... me voilà fort rassuré.

Croiser un ange n'est pas habituel. Il n'en oublie pas sa première mission, qui de toute manière ne semblait pas guère évoluer. Il s'approche, curieux, essayant de voir en face l'être qui semble avoir atterrit dans ce quartier. Tout comme lui, mais pour une toute autre raison que la sienne, il a des cheveux immaculés. Enfin, si l'ont ne prend pas en compte les sang qui peut les imbiber. Ni homme ni femme, l'être parfait... enfin, presque.

Mais votre magnificence céleste semble avoir reçue une très vilaine correction ...

L'absence d'arme apparente chez lui, devrait sans doute l'adoucir. Quoi que... même s'il en avait une, elle ne serait surement pas d'un réel problème pour l'ange. Il attends d'en savoir plus.

© CODAGE PAR DYRELIA



xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu de ton sac: : Une épée effilée.
Messages : 15
Date d'inscription : 23/08/2017
Localisation : St Paul's Cathedral
avatar
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

ft. Undertaker

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

ft. Asche Omen

「 Awakening 」
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
La présence se révèle. Tu l’observes attentivement, du coin de l’œil, alors que ce qui te semble être un homme s’avance. Certainement alerté par ce cri d’enfant. Cependant, tu ne distingues aucune peur en lui. Est-ce seulement l’émotion qu’un être commun devrait ressentir, dans pareille situation ? Tu ne sais pas. Tu ne comprends qu’à moitié ce concept. Tout cela est encore flou, alors, tu te détaches de cette interrogation pour te baser sur une observation plus matérielle. L’homme est grand, et ses cheveux, tout comme les tiens, sont immaculés. Cependant… quelque chose au fond de toi, ton instinct, te souffle qu’il ne s’agit pas d’un ange. Tu ne vois pas ses yeux. Alors que ton regard reste fixé sur ce visage mystérieux, tes ailes tressaillent, te faisant gémir. Le froid fait trembler tes muscles douloureux. Le sang qui macule tes plumes cendrées ne te rend que plus sensible aux affres du vent.

« Dieu ? Et bien et bien… me voilà fort rassuré. »

Il s’approche. Tu ne bouges pas, gardant ton terrain. Ton regard est loin d’être craintif ; curieux serait un meilleur terme. L’inconnu ne représente pas une menace pour le moment. Rien ne t’indique qu’il dénigre ce Dieu que tu adules. Lorsque ce dernier arrive en face de toi, tes yeux d’un rouge perçant le jaugent toujours. Ton regard est un peu vague et perdu, mais une lueur bienveillante y règne. Tu es sur terre pour protéger les enfants de Dieu. Rien n’arrivera à ce Fils s’il n’est un hérétique.

« Mais votre magnificence céleste semble avoir reçue une très vilaine correction… »

Ton observation finie, tu regardes un instant autour de toi. Cherchant quelque chose, un signe, un objet susceptible de déclencher chez toi un flash de mémoire. Mais rien ne vient. Tu ne connais pas ces rues. Cette ville. Tu ne sais pas comment tu es arrivé ici, et ne peut formuler aucune certitude quant à l’origine de tes blessures. Mais jamais le Divin n’aurait pu te faire pareille chose… non ? Ton unique certitude est que tu es son loyal serviteur. Un être aussi empreint d’amour que toi ne peut être châtié. Lorsque tu parles, ta voix oscille un moment entre un timbre masculin et féminin, avant de se stabiliser sur celui adéquat à la forme de femme que tu revêts.

« Une… correction ? » Ton regard se porte sur ton flanc, que cette cape qui sent la cendre laisse entrevoir. « Non… jamais le Seigneur ne m’aurait puni de la sorte. »

Cela est une certitude. Quelles que soient tes blessures, le Père ne peut en être responsable.

« Mais… quelque chose s’est passé. Je ne sais plus. »

Tu portes une main à ton crâne. Alors que tu geins sous la douleur que provoque cette action, tu remarques également les marques circulaires à ton poignet. Tu étais restreint, enchainé. Quelque chose a tenté de te contenir.

« Où sommes-nous ? »

Tu regardes le ciel. Puis l’homme, à nouveau.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu de ton sac: : Des miettes de cookies...
Messages : 17
Date d'inscription : 21/08/2017
Localisation : Dans ma boutique de croquemort~
avatar


 















Awakening




Comme convenu. L'ange ne fait pas un pas de recul. Il a bien trop confiance en ses capacités pour venir craindre un être "inférieur" à lui. Mais le dieu de la mort préfère rester sur ses gardes, bien qu'aucune animosité ne viennent les interrompre dans leur contemplation de l'un envers l'autre. Un tressaillement vient soudainement secouer l'ange de son observation. Sa condition est affaiblie, même s'il ne s'en rend pas tout de suite compte, tôt ou tard, cela pourrait lui porter préjudice … heureusement qu'il est arrivé avant.

Une… correction ?  


Il n'en a pas l'air certain. Pourtant le croquemort ne saurait se tromper. Où serait-ce là de la simple automutilation ? il en doute. Pour la simple et bonne raison que l'angelot semble bien loin de provenir du ciel, mais du ventre de la terre… cette odeur de cendre, il peut la sentir.

Non… jamais le Seigneur ne m’aurait puni de la sorte.


Undertaker n'avait pas spécifié qui était l'auteur de cette punition. Et il n'avait jamais pensé non plus que ce soit Dieu en personne. Quoi que, de près ou de loin, il pensait plus à une toute autre créature …

Mais… quelque chose s’est passé. Je ne sais plus.


L'ange, qui avait décider de prendre une voix plus féminine, adaptée sans doute à ce corps, prit sa tête dans ses mains, avant de geindre de douleur. Undertaker pencha la tête, continuant à l'observer. Des marques à ses poignets. Un léger sourire s'afficha sur ses lèvres, alors qu'il continuait à l'écouter.

Où sommes-nous ?


 J'aurais voulu vous répondre Paradis, mais hélas … Terre, Angleterre, Londres. Choisissez celui qui vous sied le plus.

Undertaker osa finalement s'approcher, venant d'un geste lent et délicat essayer de saisir le menton de la créature. Il était tout prêt à présent, ne respectant surement pas l'espace intime de cette personne.

Allons, laissez-moi aider ce petit ange égaré et blessé … peut être que je pourrais recouvrir cette mémoire déficiente en plus de vous soigner ?


La raison, pour laquelle il l'aidait, était toute trouvée. Bien que l'ange ne comprendrait sans doute pas. Personne n'arrivait réellement à savoir les desseins de ce personnage énigmatique. Beaucoup s'en méfiait à cause de cela. Et pourtant ...


© CODAGE PAR DYRELIA



xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu de ton sac: : Une épée effilée.
Messages : 15
Date d'inscription : 23/08/2017
Localisation : St Paul's Cathedral
avatar
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

ft. Undertaker

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

ft. Asche Omen

「 Awakening 」
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Il te semble que ton corps s’est consumé, une première fois, avant de reprendre forme pour mieux te tourmenter par la suite. Quelle est l’origine de cette douleur qui t’envahi ? La réponse t’est inconnue. Cependant, celle-ci semble augmenter, prendre de l’ampleur avec les instants qui s’enchainent. Tes ailes sont secouées d’un nouveau frisson, s’abaissant légèrement, alors que tu gémis. Fixant un instant tes poignets. Tu étais enfermé. Pourquoi donc ? Cet état de faire ne fait remonter aucun souvenir à ta mémoire. Aucune de tes plaies ne vient agiter ta mémoire. Enfin, tu réalises ; l’état critique dans lequel tu te trouves. Tout ce sang, séché ou encore frais, qui macule ton corps. Celui-ci prend une teinte grisâtre à certains endroits, là où l’écarlate s’est mêlé à de la cendre. D’où vient cette poussière ? Là encore, tu te retrouves incapable de répondre. Trop désorienté. Tu t’imagines que tu viens des astres qui vous surplombent. Incapable d’accepter que cette odeur âcre qui te macule semble en vérité venir d’outre-tombe. Qui es-tu donc ?

Ton interlocuteur sourit. Pourquoi un tel rictus ? Tu ne comprends pas. Est-ce que ce les gens esquissent, face à un être dans un piteux état ? Ce sourire exprime-t-il une certaine joie, de la compassion ? Tu ne sais pas. Les émotions de l’homme te semblent indéchiffrables. Tes propres émotions sont confuses. Tu n’as pas peur, non, mais tu es entièrement déboussolé. Curieux. Tu ne réalises pas. Que ces ailes ne pourront plus te porter jusqu’à Eden.

« J'aurais voulu vous répondre Paradis, mais hélas … Terre, Angleterre, Londres. Choisissez celui qui vous sied le plus. »

La Terre. Etrangement, la réponse ne t’étonne pas. Mais plutôt le fait de savoir, inconsciemment, ce qu’est ce monde désigné par le nom de Terre. Ne pas être au Paradis, tu t’en doutais. Tu n’as aucun souvenir, cependant, de ce à quoi ressemblent les terres des Justes. D’Eden, il ne te reste qu’un nom.

L’homme a encore fait un pas. Il est tout près de toi, désormais. Vient saisir ton menton d’un geste délicat. Tu ne flanches pas, mais quelque chose dans ce contact semble éveiller un vieil instinct en toi. La caresse d’une main… la brûlure d’une gifle. Comment connais-tu ces deux sensations ? Ta main que le fer a enchaînée se porte un bref instant à ta propre joue, sentant la coupure récente qui barre la pommette. Puis retombe le long de ton corps, comme vaincue. Bouger le moindre muscle provoque en toi une douloureuse agonie. Tes yeux sont rivés sur cet homme, dont le regard est masqué par l’ombre. Ni lui, ni toi, ne brisez le contact.

« Allons, laissez-moi aider ce petit ange égaré et blessé … peut être que je pourrais recouvrir cette mémoire déficiente en plus de vous soigner ? »

Un mince sourire étire tes lèvres. Quel bon, quel altruiste enfant de Dieu ! Tu ne sais pas. Que derrière ses paroles peuvent se cacher de toutes autres intentions. Tu es encore naïf. Si peu méfiant. Cet homme n’a pas tenté de te restreindre par le fer, il ne peut être que bon, non ? Cependant, quelque chose te fait hésiter. Sa propre sécurité. Tu ne veux pas causer de tords à un Fils de ton Seigneur. Surtout si ceux qui t’ont blessé reviennent finir le travail.

« J’apprécie votre bonté, mon Fils. Cependant… je ne puis abuser de votre altruisme plus longtemps. Il me faut rejoindre mon Seigneur. »

Qu’importe la douleur, Dieu t’attends et tu le sais. Il te faut le revoir. Revoir tes frères. Remettre ta main au service du Divin. Tes ailes s’étendent, alors que tu t’apprêtes à t’envoler. Puis, un craquement immonde. Ton corps entier en est ébranlé.

« AAAH ! »

Le cri d’agonie t’arrache la gorge. Ton dos s’arque, comme brisé en deux par la douleur, alors que ta main vient saisir l’habit de l’inconnu, t’apportant un soutien pour ne pas tomber. Un sanglot secoue tes épaules douloureuses, t’arrachant un nouveau cri de douleur. Derrière toi, tes ailes sont inertes. La gauche pend misérablement, chacune de ses articulations horriblement disloquées. Tu peux le sentir ; l’humérus droit est fêlé. Le radius droit, brisé. Tu ne peux les étendre. Ton mouvement brusque a brisé les débuts de guérison de ton corps, aggravant son état. Les deux membres te sont désormais inutiles.

Une larme coule sur ta joue, alors que ton souffle rauque et saccadé s’efforce de contenir la douleur. Pourquoi pleures-tu ? La douleur semble être un responsable tout trouvé. Cependant, il y a autre chose. Tu commences à réaliser, sans réellement pouvoir mettre les mots dessus. Quelque chose ne va pas. Quelque chose t’empêche de rejoindre ton Seigneur.

« Vous…. » Tu tentes de reprendre ta respiration. Difficilement. « Votre aide… sera… la bienvenue… »

Ton regard écarlate se lève vers le visage de l’homme.  Tes joues sont désormais maculées de larmes, alors que l’agonie jette un voile sur tes pupilles étranges, dont l’air semble tout à coup accablé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu de ton sac: : Des miettes de cookies...
Messages : 17
Date d'inscription : 21/08/2017
Localisation : Dans ma boutique de croquemort~
avatar


 















Awakening




L'angelot ne semblait pas prendre conscience de son état, ni même de la situation dans laquelle il se trouvait. Un enfant avait précédemment crié, ne l'avait-il pas compris ? Personne ne devait le trouver dans cet état. Ni démons, ni autres anges. Une chance pour celui-là, qu'il était de sortie dans la quartier… il eut pourtant un sursaut, et sourit après vérifier sa coupure sur sa joue.

J’apprécie votre bonté, mon Fils. Cependant… je ne puis abuser de votre altruisme plus longtemps. Il me faut rejoindre mon Seigneur.  

Undertaker retira sa main au moment où l'ange voulu prendre son envole en étendant ses ailes cendrées... mais il ne put lever pied du sol, à la place, il entendit le craquement de ses os, et son cri de douleur.

AAAH !

Un instant, il aurait pu le parier. Ses blessures l'empêchait de s'envoler. L'ange était beaucoup trop brisé. Le croque-mort effaça son sourire, venant rattraper la petite chose avant qu'elle ne s'écroule, une main se retenant de toute manière déjà à son habit sombre. Faire machine arrière, était pour elle la seule solution ...

Vous… Votre aide… sera… la bienvenue…

Les larmes coulèrent déjà le long de ses joues. Il y apporta un doigt, pour en récupérer une ... avant de finalement entourer l'ange dans ses bras, le serrant contre lui, le retenant plus précisément. Il faisait en sorte que ses gestes restent habiles, et doux, pour ne pas plus lui faire mal.

Car cette douleur, il savait exactement comment elle pouvait être. Il savait que c'était insupportable...

Restez avec moi ...

Baissant son visage vers l'ange, ses mèches de cheveux s'agitant, ses yeux verts atypique lui était à présent visible, tout autant que la cicatrice qui lui barrait le visage en le séparant en deux, de l'oeil gauche à la joue droite.

Je ne saurais laisser la Mort vous emporter.

Aussitôt dit, et après s'être assuré qu'il n'aurait pas trop mal dans ce transport peu commun, Undertaker donna une impulsion sur le sol pour pouvoir sauter et rejoindre les toits alentours.

Il ne savait pas réellement ce à quoi il s'engageait. Mais il rejoignit au plus vite qu'il pouvait, l'asile désaffecté de Lambeth...


©️ CODAGE PAR DYRELIA



xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Undertaker le Jeu 12 Oct - 10:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu de ton sac: : Une épée effilée.
Messages : 15
Date d'inscription : 23/08/2017
Localisation : St Paul's Cathedral
avatar
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

ft. Undertaker

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

ft. Asche Omen

「 Awakening 」
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
A peine ton corps a-t-il été ébranlé par tes gestes brusques, que l’homme s’est empressé de te soutenir, te serrant contre lui dans une étreinte assez douce pour ne pas plus te blesser. Tu enfouis un instant ton visage baigné de larmes dans son habit sombre, tes sanglots te faisant un instant suffoquer. Tu ne comprends pas. Cruellement conscient que quelque chose t’échappe, dans ta situation. Pourquoi as-tu été restreint ? Quel était ton péché ? Non… cela ne peut être possible. Tu es un être vertueux. Le plus vertueux qui soit. Ces chaines sont une preuve d’agression. Cela ne peut être autrement.

« Restez avec moi ... »

A ces mots, l’inconnu baisse son visage vers toi, alors que tu redresses légèrement le tiens, venant poser ton regard écarlate sur lui. A la vue de son visage, ton souffle se fige un instant, alors que tu observes, interdit, ses yeux d’un vert si étrange et cette douloureuse cicatrice qui barre son visage. Ces yeux… non, ils ne te disent rien. Cependant, tu sais d’instinct que cet être n’est pas un simple humain. Mais il ne peut être impur, n’est-ce-pas ? Cet enfant de Dieu t’apporte son aide. D’où lui vient une telle cicatrice ? Tu tentes de relever ton bras vers lui, mais bouger tes épaules est bien trop douloureux.

« Mon Fils… que vous est-il arrivé ? » Tu fixes ce stigmate indélébile, ton expression entièrement désolée. « Donnez-moi un nom… et je m’en irais punir les responsables… Ah ! »

Non… à cela, tu t’es agité. Si l’homme ne te retenait pas, tu serais tombé à terre.

« Je ne saurais laisser la Mort vous emporter. »

Aussitôt ces paroles prononcés, l’homme donne une puissante impulsion sur le sol, et d’un bond s’élève dans les airs. Ecarquillant les yeux, tu le fixes, n’arrivant pas à croire qu’il ait pu effectuer pareille action. Un instant, tu t’agites entre ses bras, cherchant à voir la paire d’ailes dissimulées dans son dos. Mais rien. Cet inconnu n’est pas l’un de tes semblables. Il n’est pas humain non plus. Mais ce n’est pas un fils du Gouffre. Alors, qu’est-il ? Lorsque vous vous posez enfin à terre, ton regard perdu le scrute, cherchant intensément à déchiffrer cet être si énigmatique. Où êtes-vous ? Etrangement, ignorer la réponse ne t’affole pas. Quelque chose te fait te sentir en sécurité auprès de lui ; sans pouvoir l’expliquer, tu sais qu’il ne te fera pas de mal.

Ou peut-être es-tu encore trop désorienté, et naïf.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu de ton sac: : Des miettes de cookies...
Messages : 17
Date d'inscription : 21/08/2017
Localisation : Dans ma boutique de croquemort~
avatar
AwakeningAsche & Undertaker Come in sit down sweet angel leave me all your tears Tell me all of your troubles the weight of your short years Love is only a river drowning all of your cheer Sell me all of your laughter and I will take some of your fearL'asile de Lambeth était à présent à l'abandon depuis 1869. Se trouvant dans le quartier du même nom, l'asile ne perdura pas plus de quelques années après son ouverture, le Bethlem Royal Hospital est le plus connu pour accueillir les aliénés, bien qu'il ne soit pas le moins cruel… les vestiges de Lambeth sont encore pourtant présents, comme figés dans le temps. Undertaker n'est pas sans savoir les traitements qui s'effectuait ici chaque jour. Les expériences d'aliénistes et médecins chevronnées, des autopsies pour comprendre les maux des patients. La vie de chaque patient ici … c'est un bon lieu pour amener le petit ange ici. Tout est resté sur place. Même le matériel. Il a ses habitudes.

Le shinigami atterrit finalement prêt de la serre éventrée du bâtiment. Gardant toujours l'ange dans ses bras, il vient rentrer. Se frayant un chemin entre la végétation qui a reprit ses droit. Prenant ensuite la direction du sous sol, passant par les couloirs étroits, portes après portes, portant toutes des numéros. L'endroit est peu accueillant, froid, et particulièrement maccabre. Dans certains couloirs, des chaises roulantes sont renversées. Il s'engouffre dans les escaliers, avant de rejoindre une salle, beaucoup plus grande, avec des tables d'opérations. Du matériel médical mais aussi d'autopsie. De petite fenêtre en hauteur permette malgré tout la venue d'une lumière forte.

Undertaker vient délicatement poser l'ange sur une des tables, venant le surplomber et se pencher vers lui. Brisant le silence installé.

"Je tâcherais de vous rafistoler comme je le peux. Ne cherchez pas à vouloir me rendre la pareil. Il est déjà trop tard pour moi ... "

Se tournant, il s'appropria un siège venant l'apporter prêt de la table, avant de venir chercher du matériel. Il y avait là beaucoup de travail à faire. Il était temps de s'y mettre.

"Je suis déjà mort ... "

Il s'étonna que l'ange n'avait pas encore remarqué sa nature. Mais qu'il avait particulièrement remarqué sa cicatrice plutôt...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu de ton sac: : Une épée effilée.
Messages : 15
Date d'inscription : 23/08/2017
Localisation : St Paul's Cathedral
avatar
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

ft. Undertaker

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

ft. Asche Omen

「 Awakening 」
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Quel est le nom de cet étrange bâtiment dans lequel vous venez d’entrer ? Celui-ci semble désaffecté depuis de nombreuses années, à voir la façon dont la végétation a repris le dessus… confus, tu ne comprends pas l’utilité ou le sens de tout ce qui t’entoure. A quoi bon ces numéros, sur ces portes sombres ? Cependant… à en voir les fauteuils roulants, trainant misérablement dans un coin, une vague idée de ce que cet endroit a pu être traverse ton esprit. Un lieu de maladie. Pour la soigner, plus exactement. A en voir son état actuel… cette entreprise a dû échouer. Reposant toujours entre les bras de cet homme si étrange, tu te laisses mener à travers ces couloirs sans opposer aucune réticence. Bien que ce lieu te paraisse effrayant. Sans que tu saches pourquoi, ces murs sombres éveillent en toi une terreur sourde, comme si de vieux souvenirs se refusaient à remonter à la surface, mais te transmettaient tout de même une détresse venue d’un autre temps. Pourquoi une telle sensation ? A-t-elle un rapport avec cette odeur de cendre qui te baigne ?

Seul le bruit des pas de l’inconnu aux cheveux blancs trouble la quiétude des lieux. Puis celui-ci passe finalement l’une des portes. Une salle, emplie de tables blanches destinées aux patients, et d’instruments certainement utilisés pour réparer un corps humain. Ou le disloquer…

L’homme te dépose sur l’une de ces tables. Venant te surplomber, comme pour avoir une vue d’ensemble de tes blessures. La cape qui t’entourait et t’offrait une protection toute relative contre le froid glisse de tes épaules, lorsque ton corps repose contre la surface froide, et tombe au sol dans un froissement. Tes ailes pendent chacune misérablement d’un côté et de l’autre de la table. Cependant, aucun trouble ne vient s’afficher sur ton visage. Ton visage est tourné vers les yeux d’un vert si vif de l’homme, alors que tu les observes calmement. Tu ne peux qu’imaginer ce corps qui t’appartient, nu désormais, rouge d’un sang qui, sans aucun doute possible, est le tien, et lacéré de toutes part. Ton état est lamentable. Cependant, tu ne t’agites pas. Quelque chose en toi sait que tu as connu bien pire que le froid d’une salle.

« Je tâcherais de vous rafistoler comme je le peux. Ne cherchez pas à vouloir me rendre la pareil. Il est déjà trop tard pour moi ... »

L’homme s’est éloigné. Cherchant, certainement, de quoi s’asseoir, et te soigner. Tu le suis du regard, autant que possible, mais il t’est impossible de bouger tes épaules, de sorte que tes mouvements sont restreints. Puis ton sauveur se rapproche. Vient s’asseoir à tes côtés. Ton souffle se fige un instant. Tu les vois, ces lames…

« Je suis déjà mort… »

Ton regard passe des instruments qui, sans aucun doute, devraient servir à te réparer, aux yeux étranges de l’inconnu. Que veut-il entendre par cela ? Pourtant… ses propos ne t’étonnent pas. C’est le fait de ne pas être étonné en vérité qui te choque. Tu le savais déjà, en un sens. Ta voix est rauque, lorsque tu tentes de t’exprimer. Tes cris, la douleur, et ta position rendre la locution plus ardue.

« Pourtant… vous n’êtes pas un ange. Mais vous n’êtes pas malfaisant. Alors… qu’êtes-vous ? »

Ta voix se brise à la fin. Un frisson parcoure ton corps.

« Je le savais… mais je ne sais pas l’expliquer. Je ne sais plus rien. C’est comme si… on avait tout effacé. Sauf moi. Ce corps. Cela, on n’a pas réussi à le faire disparaître. »

Qui est ce « on » ? Tu ignores la réponse. La découvriras-tu seulement, un jour ?...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu de ton sac: : Des miettes de cookies...
Messages : 17
Date d'inscription : 21/08/2017
Localisation : Dans ma boutique de croquemort~
avatar
AwakeningAsche & Undertaker Come in sit down sweet angel leave me all your tears Tell me all of your troubles the weight of your short years Love is only a river drowning all of your cheer Sell me all of your laughter and I will take some of your fearIl rassembla l'essentiel du matériel dont il avait besoin pour commencer. Nettoyer le sang de ces plaies était primordial. Combien de fois avait-il procédé ainsi avec le corps des défunts ? Il ne les comptait plus. Cela faisait partie de ses habitudes. Bien que d'ordinaire, le sang n'avait au moins pas le risque de couler à nouveau. Ici, il s'agissait aussi d'éviter le pire.

"Pourtant… vous n’êtes pas un ange. Mais vous n’êtes pas malfaisant. Alors… qu’êtes-vous ?"

Il aurait voulu pour sa tranquillité que l'ange ne parle pas trop. Il n'était pas nécessaire qu'il s'agite de trop. Du moins, plus que de raison. Mais il comprenait sa curiosité. Après avoir rassemblé ce qu'il voulait, et revint vers lui, déposant aussi une bassine d'eau à côté de lui.

"Je le savais… mais je ne sais pas l’expliquer. Je ne sais plus rien. C’est comme si… on avait tout effacé. Sauf moi. Ce corps. Cela, on n’a pas réussi à le faire disparaître."

Amnésie. Profonde sans doute. Peut-être d'un traumatisme. Ou d'un mal bien plus profond encore. Il parcourt de ses doigts longs et fins le corps de l'être, venant répertorier toutes les plaies et blessures, et les examiner de très près, se penchant au-dessus de lui.

"Dieu de la Mort."

Il l'était. C'était certain. Bien qu'il fût à présent qualifiable de paria. De déserteur. Mais cela n'avait en rien changé sa nature. Il continua son examen, avant d'approcher à nouveau ses doigts au niveau de son menton, regardant la plaie au niveau de sa joue. Il décida de commencer par ici.

"C'est apparemment l'appellation exacte. Cela ravive votre mémoire ?"

Il était impensable que l'ange n'ait jamais entendu parler d'eux. Il passa délicatement l'éponge imbibée le long de sa plaie pour la nettoyer. Ses yeux verts fixant la blessure. Il se trouvait de nouveau très près. Sa condition de shinigami ne lui offrait pas un très bon vu … du moins de loin. En revanche, il voyait parfaitement bien quand il se rapprochait. Ce qui était très pratique, quand on devait s'occuper des corps.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu de ton sac: : Une épée effilée.
Messages : 15
Date d'inscription : 23/08/2017
Localisation : St Paul's Cathedral
avatar
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

ft. Undertaker

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

ft. Asche Omen

「 Awakening 」
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Ton regard reste fixe sur l’étrange homme, alors que celui-ci se penche près de toi, presque trop près. Tu peux sentir son souffle qui effleure ta peau, et un instant cela fait naitre un étrange sentiment de malaise en toi. Comme si la proximité d’un être menaçait de te briser… bien vite, tu te débarrasses de cette pensée, trop conscient que l’homme ne te dois rien, et que mettre sa bonté à l’épreuve serait bien ingrat. Tu t’efforces de rester impassible, attendant que l’homme ait fini son examen…. Avant qu’il ne te réponde. Te plongeant dans une grande confusion.

« Dieu de la Mort. C'est apparemment l'appellation exacte. Cela ravive votre mémoire ? »

Le… dieu de la mort s’est approché, inspectant la plaie à ton visage, et à son air tu en conclus qu’il a choisi ce point pour commencer à te soigner. Il y a tant de blessures… tu le laisses faire ce que bon lui semble, restant, pour ta part, silencieux et songeur. Est-ce que cet étrange titre devrait t’évoquer quelque chose ? Car il n’en est rien. Comme lorsqu’on prononce un nom étranger devant vous ; rien ne te viens en mémoire à son évocation. Cet état de fait t’inquiète. A en comprendre les paroles de l’inconnu, tu serais censé avoir une illumination, à cet instant précis…

Ton silence dure de longs instants. Le temps pour l’homme de s’occuper de ta joue entière. Tu es plongé dans une profonde réflexion. La frustration monte.

« Non…. »

Tu secoues la tête ; perturbé. Pourquoi… pourquoi rien ici ne te rappelle aucun souvenir concret ? Tu te sens si vide ; comme une coquille que l’on aurait entièrement vidée. Il ne reste plus que la carapace. Tout a disparu, autrement. Oui… c’est cela. Tu n’es plus qu’une coquille avec un nom.

« Je n’arrive pas à me souvenir… il n’y a plus rien… » En conclure à cet état de fait te plonge dans une profonde détresse. Tu fixes le plafond, alors qu’un tressaillement secoue tes épaules, te faisant gémir. « …plus rien… »

L’homme peut continuer ses soins, tu ne feras rien pour l’en empêcher. Bien trop atterré, de toute manière. Il te semble, pour la première fois depuis ton éveil, que tu pourrais disparaître à tout moment.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu de ton sac: : Des miettes de cookies...
Messages : 17
Date d'inscription : 21/08/2017
Localisation : Dans ma boutique de croquemort~
avatar
AwakeningAsche & Undertaker Come in sit down sweet angel leave me all your tears Tell me all of your troubles the weight of your short years Love is only a river drowning all of your cheer Sell me all of your laughter and I will take some of your fearLe silence qui s'en suivit fut long. Très long. Mais ce n'était pas un silence de mort qui allait déranger notre shinigami. Il avait l'habitude de travailler dans le calme. Ce n'est pas comme si ses clients allaient se réveiller pour faire le brin de causette d'ordinaire. Quoi qu'il lui arrivât de nombreuses fois de leur parler. Leur murmurer des choses. D'essayer d'avoir un dialogue, bien qu'en réalité c'était toujours un monologue. Très long lui aussi. Il voyait bien du coin de l'œil, que ce petit ange réfléchissait en vérité. Il lui donnait le temps, venant préparer un fil et une aiguille pour lui recoudre la vilaine plaie sur cette jolie joue après l'avoir nettoyé.

"Non…"

Avant même qu'il ne pu enfoncer cet outil métallique dans sa chair, l'ange secoua la tête, accompagnant la négation. Le soigner ne devenait pas une tâche facile, avec cette agitation. Undertaker préféra ne rien risquer, tant que l'ange ne serait pas plus calmé. Il l'observa un nouvelle fois, derrière sa frange en désordre. Lui et sa nudité. Puis une nouvelle fois ses yeux.

"Je n’arrive pas à me souvenir… il n’y a plus rien…"

L'ange fixait droit devant lui, sans doute plongé dans son esprit de désolation et de vide. Il tressaillit de la triste vérité. Il en était très affecté. N'importe qui aurait pu comprendre cela. Au moment où il se mit à gémir, Undertaker se rapprocha à nouveau de son visage. Il ne reposerait plus de questions tant qu'il n'aurait pas fini le plus délicat du travail accomplit.

"…plus rien…"

"Restez calme… tâchons de remodeler ce joli corps."

Ses longs doigts glissèrent le long des traits de sa mâchoire, avant de lui prendre le menton pour le tirer dans le sens opposé. Ainsi, exposant sa joue vers lui, Undertaker pu enfin planter cette aiguille sur les contours de la plaie, et la refermer.

Le reste des soins se fit en silence. Bien qu'il fût très concentré sur la qualité de son travail, Undertaker réfléchissait également à cette situation. Un ange égaré. Sans mémoires. Semblant revenir droit des enfers …

Il avait une solution pour lui. Mais cela devait attendre qu'il soit assez réparé. Il attendit donc d'avoir fait le plus gros, après avoir recousue ne nombreuses plaies, alors qu'il s'occupait de son aile meurtrie et réfléchissait à la manière dont il pouvait bien faire une attèle.

"Ma condition de Dieu de la mort me donne peut-être une occasion de vous venir en aide. Je peux vous aider à recouvrir la mémoire. Mais cela sera très long. Et je ne suis pas certain que vous aimerez ce que vous verrez."

Aussitôt il fini de parler, il fit apparaître sa faux de la mort dans sa main, comme sortie tout droit du prolongement de son bras, la tenant au-dessus du corps de l'ange.

"Votre état est encore trop faible pour que je puisse vous redonner la mémoire complètement. Mais si vous voulez un petit aperçu … une simple coupure suffira pour un souvenir. Aléatoire cela dit. Bien sûr, je ne vous oblige à rien … mais sachez que c'est possible."

Jamais il ne lui ferait du mal sans qu'il le lui demande. Bien que se retrouver face à une telle arme, que ce soit par sa fonction de faux, mais aussi par son design, en avait intrigué et étonné plus d'un.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Awakening. [Undertaker]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Résultat WM 27 pour Meijiin Sai... 19/0 pour l'undertaker

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~† kuroshitsuji †~ :: RPs :: Londres et ses alentours :: Rues-